Grande barrière de corail, cyclone et forêt humide

Nous avons passé notre dernière semaine en Australie à Cairns et dans ses environs. Comme certains d’entre vous le savent peut-être, le cyclone Debbie de grade 4 a frappé les côtes de l’Australie il y a quelques jours vers Townsville, à environ 350 km au sud de Cairns… bref on l’a échappé belle. Ceux qui étaient sur le chemin du cyclone ont dû être évacués, plusieurs maisons et routes… ont été détruites, nous sommes avec eux en pensée. Mais, pour nous, un peu plus au nord, il a fait étonnamment beau tous les jours, le seul effet ressenti était la crainte d’une mer très agitée au large donc notre excursion sur la Grande Barrière de Corail a été annulée le 28 mars. Nous avons heureusement pu la reprendre samedi le 1er avril.

On a passé une très belle journée à explorer cet immense jardin de corail. Notre bateau faisait d’abord 2h sur Green Island, une des parties les plus accessibles de la Grande Barrière donc, forcément, beaucoup moins bien préservée. Valérie a quand même réussi à apercevoir une tortue tout près… Ensuite, nous passions 3h sur une plateforme dans les récifs extérieurs de la barrière. Ceux-ci sont mieux préservés et, franchement, les coraux étaient magnifiques. On avait choisi cette compagnie parce qu’elle offrait la possibilité de faire un tour en bateau semi-submersible en plus de la plongée en apnée, en fait surtout pour que les filles (Camille principalement) puissent en profiter. On a bien aimé la balade mais finalement Camille a énormément gagné en aisance dans l’eau depuis quelques semaines (il faut dire qu’on se baigne quasiment tous les jours) alors elle a très bien réussi à faire de la plongée avec son masque et son tuba, elle nous a énormément surpris. Pour la première fois de sa vie, elle a pu pleinement apprécié la beauté des fonds marins et je crois bien qu’elle s’en rappellera… Seul point négatif, il y avait beaucoup trop de monde sur le bateau et on ne passait pas assez de temps sur place, un peu décevant pour le prix payé, il faut dire qu’après la Polynésie nos critères sont pas mal élevés… Remarquez nos combinaisons de lycra à l’épreuve des méduses potentiellement mortelles à cette période de l’année, ça nous donne un genre non?

Nous avons aussi bien profité de Cairns, entre autre de son superbe lagon, une immense piscine en bord de mer, entourée de sable fin, qui permet à tous de se baigner pendant la saison des méduses mortelles qui s’étend de novembre à mai. Il y a aussi de magnifiques aires de jeux où les enfants se sont bien amusés. Autre découverte, des centaines de chauves-souris rousses sont visibles dans les arbres qui bordent la rue Aplin, en plein centre-ville. Elles sont un peu endormies le jour mais vers 16h elles volent par dizaines dans le ciel au-dessus des passant qui semblent ne même plus les voir. En tout cas, nous, on a été bien impressionnés !

Comme nous avions loué une voiture pour notre séjour ici, nous en avons profité pour aller jusqu’à Cape Tribulation, en plein cœur de la forêt humide de Daintree, possiblement la plus ancienne du monde, elle aurait entre 120 et 150 millions d’années. En chemin, nous avons passé quelques heures à explorer l’excellent Centre de découverte, avec ses passerelles aériennes, sa tour de 23m dans la canopée, ses dinosaures animés sur la Jurrasic trail et ses très intéressants documentaires sur les crocodiles et les casoars. Bon, pour votre culture générale (ne vous inquiétez pas, on ne le savait pas non plus), les casoars sont les 3e plus gros oiseaux du monde, la femelle est plus grande que le mâle et mesure jusqu’à 2m. Ils sont de la même famille que les autruches et les émeus, ils peuvent se montrer agressifs et blesser grâce à leurs immenses pattes griffues. Ils ont un genre de casque sur la tête, d’où leurs noms. Ce sont des animaux menacés, alors on se considère bien chanceux car on a réussi à en voir un!

Aussi, il y a de jolies plages autour de Cape Tribulation mais impossible de s’y baigner : il y a des méduses mortelles et des crocodiles marins qui peuvent atteindre jusqu’à 7m… Heureusement, on n’en a pas croisé, on s’est contenté de jolis lézards, d’une tonne de grenouilles et de magnifiques papillons. Alors, malgré l’humidité et la chaleur à peine supportables, les grosses bibittes rencontrées dont une immense araignée qui s’était installée entre notre chambre et les blocs sanitaires, nous avons tous beaucoup apprécié le site.

Cet article a été publié dans Australie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Grande barrière de corail, cyclone et forêt humide

  1. Bonjour les aventuriers, merci de nous rassurer, mais je viens juste d’appeller ta mére pour avoir plus des nouvelles . Toujours de belles photos. Camille aime cela faire de la plongée, c’est cool. En tout cas, les filles vous faites de super belles photos et c’est beau à voir comme cela vous plait cette belle aventure. Bravo à vous cinq, on vous embrasse bien fort et on pense à vous . Xxxxx

    J'aime

  2. vanessa dit :

    Chanceux….quel beau voyage!! J’adore vous lire chaque semaine☺☺☺

    J'aime

  3. Théma dit :

    Bonne fête ma belle Camille passe une belle bonheur gros bisous Théma xxxxxxxxxxx

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s